Avril 2017


L’amazone à front jaune


P.R. mars 2017
Retravaillé par Bert Van Gils
Traduction : William Vanbeginne


Introduction et taxonomie

Un des représentants du genre Amazona que nous connaissons dans nos volières est l’amazone à front jaune (Amazona ochrocephala).  Cet oiseau se trouve sur l’annexe B de la CITES.  Il a une forme nominale et 3 sous-espèces, l’A.o.natteri, l’A.o.panamensis et l’A.o.xantholaema.  Dans la nature, ces espèces vivent dans des régions partiellement partagées au Brésil, Panama, Colombie, Venezuela, Pérou, Guyane et Bolivie.  Il y a aussi des classements taxonomiques où cette amazone est catégorisée dans un plus grand genre, entre autre avec l’amazone à tête jaune et l’amazone à nuque jaune.

La forme nominale (Amazona ochrocephala ochrocephala) est un oiseau de façon prédominante verte avec des plumes liserées de noir à l’arrière de la tête et du cou.  Le front et la tête sont de couleur jaune.  L’épaule et la courbure de l’aile ont de petites plumes rouges.  Les plumes extérieures de la queue sont à la base rouge et à l’extrémité jaune, vert.  L’oiseau a un cercle autour de l’œil nu et blanc et le bec gris qui est rougeâtre à la base.  L’iris est de couleur orange.

Le A.o.natteri ressemble fort à la forme nominale mais a une bande frontale verte.  Régulièrement il y a quelques plumes jaunes entre les plumes rouges des épaules.  Les plumes des joues et du cou ont un tant soit peu reflet bleu.  Les côtés de la mandibule supérieure sont jaunâtres à rose.

Chez le A.o.panamensis (Amazone de Panama), en comparaison avec la forme nominale, le jaune sur la tête est dessiné en V.  Les plumes autour des yeux sont verts avec un reflet bleu.  Le rouge dans la courbure de l’aile est moins intensif.  Le bec est de couleur corne.

Pour finir le A.o.xantholaema où chez cet oiseau le jaune est plus puissant et important sur la tête, le long des yeux et des joues.  Il y a, la plupart du temps une bande frontale verte.  Le plumage de la poitrine a un reflet bleu.

Logement
Nous logeons ces amazones, déjà comme jeunes oiseaux, en colonie dans des volières spacieuses de 3,6m de large x 5m de long x 3m de haut.  Une dizaine d’oiseaux peut de cette manière former eux même de couples.  L’interaction sociale est d’après nous très utile et stimule les oiseaux à la recherche de partenaire.  Ils vont montrer le comportement d’une vraie nuée.  Vous pouvez reconnaître les oiseaux individuellement à la quantité et au dessin de la couleur jaune.  Chaque oiseau est bien entendu bagué avec une bague fermée et s’ils devaient la perdre ils seront pucés avec un micro chip.  Naturellement entre les oiseaux il y a parfois un peu de désaccord mais ceci n’arrive pas souvent et finit très rarement voire jamais en écoulement de sang.  Dans ces volières de groupes il n’y aura pas de reproduction (voir plus loin)

Nos volières ne sont pas totalement couvertes ce qui fait que les oiseaux peuvent profiter de la pluie et du soleil.  Après une bonne averse un jour chaud d’été, nous les voyons tous accrochés au grillage ou sur un perchoir à se nettoyer les plumes.  Ce sont de vraies poules d’eau !  Nous avons aussi prévu des sprinklers pour les jours chauds sans pluie naturelle.  Il y a environ autant d’endroits de nourrissage qu’il y a de couples.  Chaque couple trouve ainsi sa place dans la volière.  Chaque volière a aussi une petite lampe de nuit de telle manière que les oiseaux retrouvent leur place lorsqu’ils ont été effrayés la nuit par un hibou, chat, renard ou martre.  La plupart des perchoirs sont solidement fixés mais il y a aussi des balançoires qui sont prévues.  Pour satisfaire leur envie de ronger, des branches sont régulièrement proposées.  Les amazones peuvent devenir fainéantes et c’est donc une question de les garder occupés.

Lorsque la période de reproduction approche, les oiseaux sont logés séparément par couples dans une « volière d’élevage ».  Après la saison de reproduction, ils sont à nouveau déménagés vers la volière de groupe.  Les oiseaux sont toujours déplacés ensemble et en même temps.  De cette manière les conflits sont évités.  Au fil des années nous avons remarqué que les oiseaux qui sont gardés en groupes ont un bon poids, est en bonne santé, sont bien en plumes et qu’ils montrent un comportement qui se rapproche bien à celui que les oiseaux ont dans la nature.



 

Amazona ochrocephala ochrocephala, la forme nominale.  Faites attention à la base du bec rougeâtre.  Photo : N. Rosseel.

 

Un amazona ochrocephala panamensis avec son bec typique de couleur corne.  Photo : G. Verlinden.
 


Un Amazona ochrocephala xantholaema avec une bande frontale verte (par la lumière ce n’est pas si évident à voir sur cette photo).  Photo : N. Rosseel.

 

Amazona ochrocephala xantholaema mais dans ce cas-ci un exemplaire sans bande frontale verte.  Photo : G. Verlinden.
 


Cet Amazona ochrocephala panamensis profite du soleil dans une grande volière.  Photo : L. Van de Putte.

 

Les voisins comme ces amazones double tête jaune sont séparés par une paroi médiane opaque.  Photo D. Loodts
 


Un Amazona ochrocephala panamensis dans sa mangeoire. Photo : D. Loodts.

 

Les pupilles dilatées et la queue grande ouverte montrent que cet Amazona ochrocephala ochrocephala devient agressif lorsque l’on s’approche de sa volière d’élevage.  Photo : G. Verlinden.


Les volières d’élevage

Loger les oiseaux en groupe est une chose, élever est quelque chose de tout à fait différent.  Pendant la saison de reproduction, les couples sont tous logés séparément.  Nous avons un bloc de volières où trois espèces d’amazones sont logées : l’amazone à front bleu, l’amazone double tête jaune et l’amazone à front jaune.  Ces volières ont une longueur de 4m, une largeur de 1,2m et une hauteur de 2m.  Les couples d’amazones peuvent se déranger pendant l’élevage lorsqu’ils sont logés l’un à côté de l’autre et dans ce cas-là, nous installons une paroi opaque entre les couples.

Un autre bloc de volière, dans le voisinage, qui contient aussi des amazones est protégé avec des tapis de bambous.  Nous ne voulons pas rater une saison de reproduction car le couples sont trop focalisés l’un sur l’autre !

Chaque volière est pourvue d’un sprinkler et d’un système automatique d’eau de boisson.  Les nichoirs sont installés avec leur paroi arrière contre le couloir de nourrissage de telle manière qu’ils puissent être contrôlés à partir du couloir.  Dans le couloir il y a un espace prévu pour des matériaux et il y a un tableau fixé avec du papier et stylo pour faire des annotations pendant la période de reproduction.

Lorsque les couples plus âgés et expérimentés déménagent de la volière de groupe vers la volière de reproduction, leur comportement change immédiatement.  Ils deviennent territoriaux et même le soigneur doit faire attention qu’il ne perde pas un morceau de son doigt !  Dans la volière de groupe l’on rentre sans faire attention pour nourrir mais dans les volières d’élevage nous nourrissons de l’extérieur avec des plateaux tournants.  Chaque dérangement pendant la saison de reproduction peut ainsi être minimalisé.

Nourriture
Nos oiseaux reçoivent deux fois par jour de la nourriture fraîche.  Le nourrissage du matin est composé d’un mélange de fruits et légumes : fruits de cactus, poivrons, raisins, pois, maïs, betterave rouge, graines trempées ou germées et ce qui pousse à ce moment-là dans le jardin de fruits et de légumes.  Pendant la saison de reproduction nous donnons de temps en temps un supplément de calcium dans la pâtée.

Le nourrissage du soir est constitué de pellets, parfois accompagnés de quelques noix.  Il ne faut certainement pas exagérer avec les noix car les amazones ont tendance à devenir trop gras.  L’eau est changée chaque matin et après-midi.  Pendant la reproduction nous donnons un peu plus de fruits et légumes dépendamment du nombre de jeunes qui se trouvent dans le nid et de leur âge.

Reproduction
L’amazone à front jaune est mature sexuellement à l’âge de 3 ans bien qu’un couple ne commence à se reproduire que lorsque les deux oiseaux ont de 4 à 5 ans.  Malgré cela, chez nous, les jeunes couples sont quand même déjà sortis de la volière de groupe et logés en volière d’élevage afin qu’ils puissent déjà s’y habituer.  Lorsque les oiseaux sont transférés dans les volières d’élevage chaque oiseau est pesé et l’on contrôle chaque bague.  Tous les couples déménagent et ceci se passe généralement mi-janvier.  Le comportement des oiseaux change très rapidement : aussi bien les mâles que les femelles crient plus souvent, les pupilles s’élargissent et ils deviennent plus agressifs.  Le contraste avec les oiseaux calmes et gentils qui se trouvent en volière de groupe ne sait pas être plus grand !

Cela ne prend pas beaucoup de temps avant que les couples aillent inspecter les nichoirs et les retravailler.  Avec nos caméras infra rouges nous pouvons voir régulièrement des accouplements dans le nid.  Les deux oiseaux deviennent territoriaux mais surtout le mâle est agressif lorsque la femelle est au nid.  Il ne recule pas à essayer de repousser le soigneur de la volière, en général encouragé par les cris puissants des autres couples !  Un plus grand problème peut se former lorsque le mâle veut s’attaquer au soigneur et qu’il ne peut pas l’atteindre par exemple quand il travaille dans le couloir de nourrissage.  Lorsque la femelle quitte alors le nid, il est possible qu’il l’attaque par pure frustration.  Ceci, vous devez bien y faire attention en limitant les travaux et les dérangements au minimum pendant la période de reproduction.

L’emploi d’un nid en L peut être utile car les oiseaux qui plongent dans le nid ne tombent pas immédiatement sur les œufs ou jeunes.  Nous employons des copeaux de bois comme matériau dans le nid.  Généralement la femelle pond de 2 à 4 œufs.  Le temps de couvaison est de 26 à 29 jours.  Si une première ponte est non fécondée ou est perdue, il est possible qu’une seconde suive.  Les amazones à front jaune sont des parents très actifs et très protecteurs envers leurs poussins.  Il faut baguer les jeunes avec des bagues solides et durcies, par exemple en inox ou en acier inoxydable.  Plus tard, vous pouvez aussi éventuellement les faire chiper avec une micro puce.

 

Un Amazona ochrocephala panamensis apprivoisé avec une bague solide sur une balance prévue pour l’élevage à la main. Photo : D. Pax.

Les amazones à front jaune sont en règle générale de bons parents ce qui fait que l’élevage à la main n’est pas impératif.  Ce ne sont pas, non plus, les plus difficiles pour élever à la main bien que ce n’est jamais un travail pour un débutant sans accompagnement.  Les jeunes poussent vite et avant que vous ne vous rendiez compte la curiosité pour reconnaitre le monde autour d’eux est déjà présente.  Pendant cette période vous pouvez leur apprendre à connaitre différents jeux et différents moyens de nourrissage.  Au plus tôt ils connaissent cela au mieux !

Animal de compagnie et enrichissement
Les amazones sont connues pour leurs qualités comme animal de compagnie et l’amazone à front jaune n’est certainement pas une exception.  Ils sont capables d’imiter différents sons et aussi la voie humaine.  Comme animal de compagnie ils ont besoin d’une grande et solide cage.  Les oiseaux de compagnie et les oiseaux de volière doivent profiter de branches à ronger et de jouets.  Donnez-leur un défi comme par exemple une noix qui est emballée dans du papier et du carton, des jeux faits en bois qu’ils peuvent casser (que vous pouvez construire vous-même), etc…  Lorsqu’ils s’ennuient ils peuvent avoir des problèmes comportementaux.  Le message est donc : ne les laissez pas devenir fainéants !  Le moyen ultime est naturellement un camarade de jeu, donc un second oiseau !

 

A deux c’est toujours plus amusant ! Ici un couple d’Amazona ochrocephala ochrocephala.  Photo : D. Loodts.

Conclusion
L’amazone à front jaune n’est absolument pas un perroquet abruti vert avec une tache jaune sur la tête.  Ce sont des oiseaux très intelligents qui savent ce qu’ils veulent.  Ils sont bien présents en aviculture et tombent au niveau prix dans une classe moyenne (voir les listes de prix ABAP, BVP et LPC annuelles).  Nous détenons et élevons déjà depuis des années l’amazone à front jaune et en avons énormément de plaisir.
Peut-être que cette espèce est aussi intéressante pour vous ?