Juillet 2018



La conure couronnée


Eupsittula aurea

P.R. juin 2018
Retravaillé par Bert Van Gils
Traduction : William Vanbeginne


Introduction
La nature Sud-Américaine abrite une grande diversité de Psittacidés.  Beaucoup d’espèces ont entre-temps une population en captivité et peuvent être admirés chez des amateurs dans le monde entier.  Les aras sont peut-être les représentants les plus connus.  Leur figure imposante et le fait qu’ils puisent apprendre à parler est probablement l’une des raisons.  Cependant de plus petits Sud-Américains comme les forpus, les aratingas et les Pyrrhuras ont conquis les cœurs de beaucoup d’amateurs dans le monde entier.  Une de ses plus petites espèces est la conure couronnée (Eupsittula aurea) qu’il ne faut pas confondre avec la conure à tête d’or (Aratinga auricapilla).
Avec sa grandeur de 25 cm et poids d’environ 80 à 105 gr, sa nature calme et sa personnalité sympathique, la conure couronnée est un oiseau apprécié.  Il convient aussi à l’amateur débutant.  Ils s’habituent rapidement à leur soigneur et n’ont pas des exigences très élevées pour se reproduire.  C’est un de mes oiseaux favoris, chaque jour je passe un peu de temps devant leurs volières.


Logement et soins
Une petite volière avec comme dimensions de par exemple 1 m de large x 2 m de long et 2 m  de haut me semble parfait pour un couple de conure couronnées.  Dans le centre d’élevage « La Vera » de la « Loro Parque Fundacion » à Ténériffe, un certain nombre d’espèces d’Aratingas et d’autres conures y sont détenus depuis un bon moment dont la conure couronnée.  Elles y sont logées par couple dans des volières suspendues, donc avec un fond en treillis qui se trouve plus ou moins à 1 m au-dessus du sol.  De cette manière, les oiseaux ont quand même encore suffisamment de place mais cela simplifie le nettoyage.  Dans chaque volière il y a différents bâtons qui servent comme perchoirs ou endroits pour dormir et une petite balançoire

Au Loro Parque, chaque couple de conure couronnées a à sa disposition 2 nichoirs, un horizontal et un vertical.  Les nichoirs horizontaux sont divisés en deux chambres : Derrière le trou d’entrée il y a une première chambre et là derrière seulement la « chambre pour nicher ».  Ceci fait qu’il y a moins de lumière qui arrive dans cette dernière.  Les nichoirs horizontaux sont de plus accrochés sous la partie couverte de la volière, ce qui à nouveau donne moins d’invasion de lumière.  Les soigneurs ont remarqués que les perruches Sud-Américaines aiment avoir un nichoir assez obscur à l’exception des espèces de Brotogeris.

Dans le nichoir, comme matériaux au sol, il y a des copeaux épais de bois.  Tout comme beaucoup d’espèces de psittacidés, les conures couronnées aiment les ronger finement comme préparation au processus de reproduction.  De temps en temps, un morceau de bois humide ou même pourris que l’on place dans le nid est aussi immédiatement cassé et ceci les stimule à démarrer l’élevage.  En plus de cela, il faut leur donner régulièrement des branches à ronger et au Loro Parque il s’agit souvent de branches de pins, inclus les aiguilles et les pommes.  Les oiseaux s’en occupent pendant des heures.


Alimentation
Tout comme tous les oiseaux au Loro Parque, les conures couronnées reçoivent à manger deux fois par jour.  La nourriture du matin est un mix de fruits et légumes, dépendamment de ce qui est disponible suivant les saisons.  Nous rajoutons à ce mélange du Parrot Dinner de Versele-Laga, un additif de légumes séchés qui sont trempés dans l’eau précédemment pendant 24 heures.  Ensuite ils sont bouillis un petit peu mais certainement pas pour les rendre plats.  En dehors de la saison de reproduction nous ajoutons des additifs Calcium Lux et Ferti-Vit au mélange de fruits et légumes.

Dans l’après-midi les oiseaux reçoivent un mélange de graines de Versele Laga : le mix Loro Parque pour Africains contenant du millet, des graines pour canaris, de l’avoine, des pellets VAM, du millet japonais, du sarrasin, du riz paddy, du chanvre et des coquilles d’huitre moulues.  A cela est rajouté des pellets Nutribird G14.  Tous les oiseaux ont à leur disposition toute l’année à des minéraux sous la forme d’os de sèche et d’un bloc à minéraux de Versele Laga.

En dehors de la saison de reproduction, la nourriture de l’après-midi (graines et pellets) est rationnée et la mangeoire doit être vide pour le soir.  Pendant l’élevage c’est bien entendu différent.  A ce moment-là nous donnons comme nourriture l’après-midi, de la pâtée à l’œuf, un supplément de chanvre, de la pâtée aux insectes et des pellets G18 avec un pourcentage de protéines plus élevé et tout ceci en plus grandes quantités.


L’élevage
Les conures couronnées démarrent les premières à élever en comparaison avec les autres espèces d’Eupsittula.  La plupart des couples démarrent en mars ou avril mais il arrive parfois que mi-janvier l’on puisse déjà observer de premiers signes.  Le couple va au nid régulièrement plusieurs semaines avant que le premier œuf est pondu.  Ils commencent directement les « rénovations » et rongent finement le matériau dans le nid.

Une fois que le premier œuf a été pondu, la femelle ne quitte pratiquement plus le nid.  Une ponte est constituée généralement de 4 à 6 œufs blancs pondus avec un intervalle de 2 jours.  Pendant la dernière période de reproduction, les 3 couples reproducteurs ont fait chacun 2 tours avec à chaque fois 5 œufs.  Au total nous avons eu 26 jeunes à perche.  Le temps de couvaison est de 24 jours et chaque jeune nait dans l’ordre de la ponte des œufs.  Au début les jeunes sont couverts d’un long duvet blanc.  Les deux parents passent beaucoup de temps dans le nichoir et veillent que les petits ne manquent de rien.  Les conures couronnées sont en général des reproducteurs dignes de confiance.  Elles n’ont que peu d’œufs non fécondés, la femelle couve bien et malgré qu’il y ait une assez grande différence d’âge entre les poussins, ils ont été bien soignés.

Environ 15 jours après l’éclosion les jeunes sont bagués avec une bague de 5,5 mm.  A cet âge-là, les yeux ne sont pas encore tout à fait ouverts, le duvet a déjà disparu et les premières pointes de plumes sont déjà visibles sous la peau.  Comme chez la plupart des psittacidés, ce sont les plumes de la queue et des ailes qui se développent les premières et les plumes de la tête et de la poitrine bien plus tard.

Au bout d’une cinquantaine de jours les jeunes quittent l’environnement sûr du nid et s’envolent de celui-ci.  Les premiers jours ils sont encore très maladroits dans leur vol mais ceci s’améliore incroyablement rapidement.  Les parents continuent à les nourrir mais cela ne prend pas beaucoup de temps avant que les jeunes commencent à manger seul.
A ce moment-là, il est important que le soigneur leur donne suffisamment de nourriture douce et des fruits comme de la pomme, banane ou poire.  Les jeunes oiseaux apprennent à manger plus rapidement de la nourriture douce que des graines dures.

Mutation lutino de la conure couronnée


Environ quatre semaines après qu’ils aient quitté le nid on peut les considérer comme indépendant.  Pour toute sécurité, observez bien les jeunes oiseaux pour être certain que chaque jeune mange de par soi-même.  Les jeunes oiseaux sont alors séparés des parents, le nichoir est bien nettoyé, désinfecté et rempli de nouveau matériau.  Les couples reproducteurs expérimentés vont alors rapidement commencer un second et dernier tour.

Conclusion
Les conures couronnées sont de beaux oiseaux avec un caractère calme et agréable.  De plus, leur reproduction n’est pas trop difficile.  Si vous prenez en considération de détenir des membres de la famille des Eupsittula, pensez certainement à la conure couronnée car elle est idéale pour commencer !