Septembre 2016



Le lori écaillé

Eos squamata

P.R. juin 2016
Piet Rozendaal
Traduction : William Vanbeginne

Le lori écaillé se retrouve en Indonésie où ils sont endémiques aux îles ou groupe d’îles du nord des Moluques qui se trouvent entre la Nouvelle Guinée et Sulawesi

Description
La forme nominale a une apparence générale grâce à son plumage d’un rouge écarlate, le cou est entouré d’une collerette d’un bleu, violet qui est bien développée chez certains individus mais parfois presque inexistante chez d’autres.  La région du ventre en direction de la queue est d’un violet foncé.  Les plumes des épaules sont d’un violet terne avec les pointes noires.  Les grandes rémiges sont rouges avec la pointe noire.  Le dessous des ailes et des rémiges sont rouges avec des taches noires.  La queue est rougeâtre, violette.  Les iris sont orange et les pattes sont grises.
Chez les jeunes, les plumes des parties inférieures ont une bande noirâtre, violet triste et les iris sont bruns.  Les males et les femelles n’ont pas de dimorphisme et donc l’on est dépendant de test ADN ou d’endoscopie pour être sur du sexe.



Habitat
Ils sont relativement présents dans les forêts primaires ou dans les forêts avec de grands arbres adultes.  On les retrouve aussi dans les forêts en collines et aussi, mais moins souvent dans les plantations de noix de coco à la côte mais aussi dans les jardins abandonnés et dans les mangroves.  Dans les petites îles, ils ont tendance à rester dans les environs des côtes mais dans les grandes îles ils peuvent monter dans des forêts montagneuses jusqu’à des hauteurs de 1.220 m.
Ils se regroupent en général en grandes nuées lorsque les sources de nourritures se retrouvent abondamment.  Ces nuées d’oiseaux se voient généralement juste au-dessus de la cime des arbres.  Chaque jour ils font de courts voyages entre les îles.  Pour cela, ils emploient un vol droit et rapide, composé de coup d’ailes pas profond.  Pendant le vol, les loris écaillés émettent une série de cris puissants qu’ils répètent de nombreuses fois.  Ils sont alors particulièrement bruyants mais lorsqu’ils sont en couple ou qu’ils se nourrissent ils produisent des petits piaillements courts et aigus et des petits tons de flûtes et une série de gazouillements.

Comportement de reproduction
Il n’y a pas grand-chose comme information sur la reproduction dans la nature.  En captivité ils pondent 2 œufs et ils couvent environ 27 jours.  Comme chez tous les loris, le cycle de reproduction est particulièrement long et dure environ 80 jours.

Alimentation
Les loris écaillés sont exclusivement végétariens.  Ils se nourrissent dans les palmiers Sago qui sont en fleurs et les figues pas encore mûres de même que de nectar des grandes fleurs d’Erythrina de la famille Fabaceae.  Ils vivent également d’insectes.



Protection
Cette espèce n’est pas particulièrement menacée.  Malgré que son territoire soit relativement petit, la population est estimée entre les 100.000 et 300.000 oiseaux.  Environ 3.000 exemplaires sont capturés chaque année pour le commerce.  La pression sur cette espèce est considérée comme raisonnable et semble stable et du fait de l’instauration d’un quota de capture annuel, la perte est à négliger.

Le lori écaillé connait 4 sous-espèces.
La forme nominale du lori écaillé – Eos squamata squamata, (Boddaert 1783)
Territoire : les îles de l’est de la Papouasie Gebe, Waigeo, Batabta, Misool et les plus petites îles des alentours.

Lori écaillé de Bechstein – Eos squamata riciniata, (Bechstein 1811)
Territoire : les îles du nord des Moluques, Morotai, Halmahera, Ternate, Tidore, Bacan et les plus petites îles avoisinantes

Ils sont identiques à Eos squamata squamata mais la bande gris, violet, bleu du cou qui chez la plupart des oiseaux court du milieu de la tête, par la poitrine, vers la partie arrière de la couronne, cou et dessus de la poitrine sont violet bleu interrompu par une bande rouge sur la poitrine qui parfois n’est pas présente totalement ou partiellement.  Les plumes des épaules sont rouges.

Lori écaillé de Obi – Eos squamata obiensis (Rotchild 1899)
Territoire : l’île Obi dans le nord des Moluques

Ceux-ci sont aussi identiques à Eos squamata squamata mais avec les plumes des épaules noires.  Il n’y a en règle générale pas de bande au cou qui est présente.

Lori écailé de Maju – Eos squamata atrocaerulea
Territoire : l’île Maju

Ceux-ci sont identiques à Eos s. riciniata mais avec la partie inférieure bleu, noir.  La couverture de l’oreille est bleu, noir et la couleur rouge est plus foncée.