Aout 2012

La conure de Cuba

Aratinga euops (Wagler 1832)

Texte de H.W.J. van der Linden
Traduction:  Philippe Sautelet

Aire de répartition : Cuba.

Description de l’espèce
Taille : 26 cm.
Couleur générale du plumage verte; tête, cou, nuque, manteau, dos, croupion, plumes du dessus de la queue et couvertures alaires vert gazon foncé, le vert de la tête, du cou et de la nuque est parsemé irrégulièrement de multiples plumes rouges; sur le bord extérieur de la courbure alaire se trouve un petite bande de plumes rouges; les petites plumes du dessous des ailes sont rouges aussi, les plus grandes jaune olive; col, poitrine, ventre, flancs, cuisses et zone anale vert gazon ; le vert du ventre et des cuisses montre parfois ci et là une petite plume rouge. Les rémiges sont vert gazon foncé, leurs extrémités pointues sont gris foncé. Le côté supérieur des rectrices est vert gazon foncé; le côté inférieur jaune olive. Yeux foncés avec un iris jaune; cercle oculaire nu blanc. Bec de couleur corne. Pattes gris brunâtre; ongles gris foncé.

Biotope
Forêts montagnardes, forêts côtières et surtout palmeraies, savanes boisées mais aussi zones marécageuses.

Statut de la population sauvage
Le nombre d’oiseaux est en régression.

Mode de vie
En couple, en famille ou en petits groupes d’une dizaine d’oiseaux. Ils tiennent de temps en temps compagnie aux amazones de Cuba (Amazona leucocephala).
Ces oiseaux mènent une vie migratoire, en rapport avec l’offre en nourriture. Ceux qui habitent les forêts en montagne partent en septembre et octobre vers les plaines.
Leur nourriture se compose de toutes sortes de fruits, baies, fleurs et bourgeons qu’ils trouvent dans les arbres. Ils nichent dans les trous des arbres, surtout dans les nids abandonnés par les pics, parfois aussi dans les termitières dans les arbres.

Informations générales
Extrêmement rare en captivité, seulement quelques couples en Europe.
La conure de Cuba est souvent confondue avec la conure maîtresse (Aratinga chloroptera) et la conure pavouane (Aratinga leucopthalmus). Les espèces sont pourtant bien différenciables si on regarde en-dessous des ailes. Chez la conure maîtresse, les petites plumes extérieures du dessous de l’aile sont rouges, les plus grandes sont essentiellement vertes avec quelques plumes rouges; chez la conure pavouane, les petites sont rouges aussi, les grandes sont jaunes; chez la conure de Cuba finalement, les petites sont rouges, les grandes jaune olive, de plus la conure de Cuba est clairement plus petite que les deux autres espèces.
Les premiers résultats de reproduction avec cette espèce ont été enregistrés en 1967 en Allemagne.

La réglementation européenne en matière de détention et de commerce d’espèces d’animaux et de plantes menacées à l’état sauvage.
La conure de Cuba est reprise dans l’Annexe  B du Règlement Européen de Base. Dans le Règlement de Base (EG) nr. 338/97, les règles sont établies pour l’importation, l’exportation, la réexportation, le transit, le transfert de propriété et les transactions commerciales.

Comportement
Oiseau de volière agréable et calme; curieux mais confiant de nature; cris modérés, jamais dérangeants; ils ne se font vraiment entendre que s’ils se sentent menacés (chats, rapaces). Leur besoin de ronger est faible, sûrement si on compare à la plupart des autres espèces de conures. Ils dorment dans des nichoirs. Ils se baignent volontiers. En dehors de la saison de reproduction, ils sont tolérants envers leurs congénères et les autres petites espèces de conure.

Logement et soins
Les loger par couple dans une volière extérieure en métal située dans un endroit calme de (Lxlxh) 3 x 1 x 2 m avec un abri de nuit de minimum (Lxlxh) 1 x 1 x 2 m, qui restera hors gel durant les mois d’hiver et où la clarté sera assurée pour 12 heures environ. Dans l’abri, accrocher de préférence plusieurs nichoirs naturels qui serviront aussi de dortoirs; dimensions entre 40 et 70 cm de haut, diamètre intérieur de 18-22 cm, épaisseur des parois de minimum 3 cm, trou d’envol de 6,5 cm; dans les blocs les plus hauts, placer quelques marches à l’intérieur sous le trou d’envol pour faciliter l’entrée et la sortie du nid. Sur le fond, déposer une couche de sciure ou de copeaux, pas de tourbe (formation de moisissure!); laisser les blocs toute l’année. Les conures de Cuba acceptent aussi les nichoirs faits main de dimensions similaires. Placer des parois opaques entre les abris contigus, utiliser un double grillage entre les volières.
Leur donner régulièrement des branches fraîches à ronger. Prévoir journellement une soucoupe d’eau dans laquelle les oiseaux pourront se baigner.

Alimentation
Comme base, nous leur donnons un mélange pour grandes perruches composé de graines de tournesol (10-15%), carthame, chanvre, avoine, blé, diverses sortes de millet, alpiste et un peu de millet en grappe; leur présenter de temps en temps des graines trempées ou germées; ensuite, nous distribuons une bonne pâtée à l’œuf (rationnée), mélanger le tout avec des graines cuites ou germées. Journellement quelques fruits sous la forme d’un morceau de pomme, cerises sucrées, baies de sorbier des oiseaux (fraîches ou séchées), baies rouges. Mais aussi de la verdure comme du mouron, du pissenlit (avec les boutons), des carottes, graines d’herbes, blé, avoine et orge en épis sont bien appréciés, tout comme les épis de maïs mi-mûrs et les graines de tournesol. Toujours mettre à leur disposition de l’eau fraîche, du gravier, du grit et un bloc minéral.
En période de reproduction, distribuer la même nourriture, sauf la pâtée aux œufs à donner sans limite, c.à.d. autant que les oiseaux veulent en manger.

Elevage
La composition d’un couple en bonne harmonie n’est pas toujours facile car les conures de Cuba sont très sélectifs pour le choix de leur partenaire. Les oiseaux destinés à la reproduction doivent âtre âgés d’au moins 2 ans. La certitude du sexe ne peut être obtenue que par endoscopie ou analyse ADN. La saison de reproduction s’annonce dès que les oiseaux commencent à ronger, souvent déjà tôt dans l’année, mais des nichées réussies sont connues au début de l’été. Les œufs sont pondus tous les deux jours; ponte de 3 à 5 œufs. La femelle couve seule, mais le mâle tient souvent compagnie à la femelle pendant des heures; durée de couvaison de 23 jours. Les jeunes doivent être bagués autour du 15ème jour; bague de 6 mm. Les parents restent aussi au nid près des jeunes durant des heures pendant la période d’élevage.

Lorsque les jeunes quittent le nid entre la septième et la huitième semaine, parfois même quelques jours plus tard, ils sont complètement plumés, mais encore totalement verts, sauf une fine bande jaune sur le bord de l’aile, les plumes rouges parsemées des parents manquent encore; l’iris est brun foncé. Les jeunes commencent à s’alimenter seuls une semaine après la sortie du nid, mais les parents continuent à les nourrir encore longtemps; ils seront totalement sevrés après 3 semaines environ. Après 4 mois environ, l’iris devient peu à peu jaune et les premières plumes rouges apparaissent.
Il n’y a qu’une couvée par an.

Mutations : aucune