Juillet 2012

L’Amazone de Finsch ou

l’Amazone à couronne lilas

Amazona Finschi

 

P.R. 2012

Texte de Bert Van Gils

Traduction:  Philippe Sautelet

 

L’amazone de Finsch (Amazona finschi) est un magnifique oiseau de volière. Il n’est pas aussi agressif que plusieurs autres espèces d’amazones. Au contraire, il conserve même son caractère paisible en période de reproduction.

Description

Chez l’amazone de Finsch, le mâle et la femelle sont très semblables. C’est un oiseau essentiellement vert dont les plumes montrent un fin bord noir. C’est surtout visible dans la nuque qui est fort lignée. Ces lignes s’étendent de chaque côté de la nuque ainsi que sur la poitrine et s’atténuent en descendant sur le ventre. Les mâles sont en général plus nettement lignés que les femelles. Le beau front rouge pourpre surmonte la magnifique couronne mauve violet sur la tête jusqu’à l’arrière de celle-ci. La couleur mauve violet est aussi présente derrière les joues vert pâle, un peu plus foncé chez les mâles. La couleur principalement verte est plus foncée sur le dessus que sur le dessous du corps. L’iris est orange, le bec est jaune orange pâle et les pattes sont grises. Les amazones de Finsch mesurent environ 33cm et pèsent de 325 à 450 gr.

Les jeunes sont plus ternes que leurs parents et n’ont pas encore la couleur mauve violet derrière les joues. Leur iris est brun, ce qui change à l’âge de 6 mois environ. La peau autour des narines et des yeux est plutôt blanche comparé au gris chez les adultes. Les jeunes amazones de Finsch deviennent mâtures à l’âge de 3 ans environ.

Une sous-espèce de l’amazone de Finsch, l’Amazona finschi woodi, présente un front de couleur plus terne et est généralement plus foncée que la forme nominale. Il faut dire que cette sous-espèce est difficile à distinguer de la forme nominale.

Dans la nature
Habitat et statut
Cette espèce se retrouve seulement dans les forêts d’arbres feuillus le long de la côte occidentale de la chaîne de montagnes “Sierra Madre Occidental” au Mexique. La sous-espèce A. f. woodi est présente dans la partie nord de cette région. La menace la plus importante pour l’espèce est la destruction de son milieu naturel ainsi que le commerce des oiseaux sauvages. Les amazones de Finsch ont une préférence pour les hautes terres en pente raide de 600 à 2000 m au-dessus du niveau de la mer, où il y a encore de grands arbres qui leur conviennent. Cependant, des observations ont été signalées au niveau de la mer à Sinaloa et Colima. Habituellement, on les rencontre dans des zones humides dans les ravins peuplés de pins et de chênes, mais parfois aussi dans des zones plus sèches. Ils vivent en petits groupes. De plus grandes concentrations de plusieurs centaines d’oiseaux se rencontrent dans les zones dortoirs. Un groupe d’un millier d’individus y a déjà été observé.

Reproduction
La saison de reproduction commence tôt dans l’année, en février ou mars. Comme nichoir, ils choisissent les trous ou les termitières dans les arbres ainsi que les trous des pics. Jusqu’à trois œufs blancs y sont pondus sur des restes de bois vermoulu. L’incubation dure environ 26 jours et les jeunes sortent du nid après 7 ou 8 semaines.

Alimentation
Les amazones de Finsch trouvent leur bonheur dans les plantations de maïs ou de bananes et dans les vergers qui se trouvent souvent le long du bois où ils vivent. Ils se délectent aussi des graines non mûres des arbres feuillus. Les figues occupent également une partie importante de leur régime. On les voit aussi parfois en train de dévorer des baies, des noix, des tiges de feuilles et des fleurs.

En captivité
Logement
L’amazone de Finsch est une espèce prisée en aviculture car contrairement à la plupart des espèces d’amazones, elle est peu agressive. Ils sont souvent installés dans de petites volières même s’ils peuvent mieux bouger et voler dans de plus grandes. De bons résultats de reproduction ont été enregistrés dans des volières pas plus longues que 2,4m et de nombreux éleveurs n’ont pas plus d’espace pour les loger.

Les amazones de Finsch ne sont pas de gros rongeurs. Leurs perchoirs résisteront donc plus longtemps que d’autres espèces d’amazones. (NDLR : ce n’est pas le cas de mon couple!!!)

Alimentation
Un mélange, pour petites espèces de perroquets, complétée d’un peu de tournesol et de carthame sera mis à leur disposition. Des graines germées, des fruits et des légumes leur seront offerts tout au long de l’année, en plus grandes quantités avant et pendant la saison de reproduction. Des compléments peuvent se retrouver dans des pellets de bonne qualité pour garder les oiseaux en bonne santé et ils apporteront les substances nécessaires pour l’élevage. Autant les pommes, les oranges, les pêches, les mangues, les poires, les ananas, les bananes, le melon, les raisins, les pois, les haricots, le maïs, le céleri, les épinards, les carottes, le chou-fleur, les choux de Bruxelles, le brocoli et la betterave que même les feuilles et leur tige, les poivrons et les pommes de terre cuites seront appréciés par les oiseaux. On peut aussi leur donner différents légumes cuits ou mi-cuits et s’ils sont acceptés, ils peuvent constituer une source alimentaire importante.

Un éleveur ami qui a de bons résultats d’élevage avec cette espèce donne en plus à ses oiseaux une grande variété d’épices comme du persil, du basilic et de la coriandre. Je ne savais pas qu’on pouvait leur en donner. Ceci montre encore qu’on peut toujours apprendre et qu’il est toujours intéressant dans notre hobby de rencontrer de nouvelles personnes et d’échanger nos expériences. (NDLR : j’ai toujours entendu dire que le persil était nocif pour les perroquets)

En saison de reproduction, je leur donne du pain gris légèrement mouillé avec du lait. J’en donne modérément pour qu’ils le mangent immédiatement car le lait surit vite. La plupart des espèces d’amazones apprécient aussi le cake, surtout en période de reproduction, et aussi bien sec que mouillé avec un peu d’eau sucrée.

On peut mélanger des compléments en minéraux et vitamines dans la pâtée. Le calcium est une substance alimentaire indispensable. On le retrouve sous différentes formes: os de seiche, poudre de carbonate de calcium saupoudrée sur la pâtée ou préparation liquide de calcium à diluer dans l’eau de boisson. Si les oiseaux mangent des pellets, il est recommandé de ne pas exagérer avec les suppléments en calcium.

L’eau de boisson doit toujours être extrêmement propre, et surtout lors des étés chauds, il faut y faire très attention.

Elevage
La plupart des couples acceptent un nichoir de 30cm de côtés et de 60cm de haut. Les amazones de Finsch ne sont généralement pas difficiles dans le choix du nichoir, mais lorsqu’un couple ne montre pas d’intérêt, cela vaut la peine de leur proposer des alternatives au niveau de la forme, des dimensions et de la position dans la volière. Déposez de la sciure, des copeaux et de la tourbe sur le fond et avec un peu de chance, une ponte de trois œufs apparaîtra bientôt.

Les amazones de Finsch peuvent être de bons parents et on pourra toujours leur donner la possibilité d’élever eux-mêmes leurs jeunes. De par leur rareté en Australie, beaucoup d’éleveurs préfèrent l’élevage à la main. C’est compréhensible, mais si possible, il faut permettre aux parents d’élever au moins un jeune. Si vous avez un couple très productif, enlevez par exemple la première nichée et laissez leur la deuxième.

Mettez cette espèce absolument sur votre liste. C’est un oiseau fantastique et intelligent!

Références
Forshaw, J. 1989. Parrots of the World. 3ème édition, rev. Lansdowne Editions, Melbourne.
Junipar T. & Parr M. 1998. Parrots: a guide to the parrots of the world. Pica Press, Sussex.
Kremer H. & Noorbergum O. 1994. Amazons. Hollande.
Low R. 2005. Amazon Parrots. Dona/Insignis Publications.
Wedde K. & U. 1984. Encyclopedia of Amazon Parrots. TFH.